Publiée le

Échange et partage entre Colomiers et Victoriaville

Un jumelage, c'est un peu comme un mariage. Avant de s'unir, il faut se fréquenter, se plaire, se surprendre et enfin s'engager. Victoriaville et Colomiers se connaissent depuis 2015. Très vite, la belle Québécoise et la cité Occitane ont lancé des projets de coopération. Les jobs d'été ont déjà permis à une cinquantaine de jeunes de passer l'été à la découverte d'une autre culture.
La délégation québécoise de Victoriaville accueillie,le 26 mars dernier par les élus columérins devant la mairie.

Villes de même strate, engagées dans des politiques sociales, environnementales ou d'économie solidaire, Victoriaville et Colomiers ont décidé de faire un bout de chemin ensemble.

André Bellavance, maire de Victoriaville "Nous allons partager ce que nous avons de meilleur pour nous aider à avancer", expliquait André Bellavance, maire de Victoriaville, hier à l'hôtel de ville, lors de la signature de la convention de jumelage.

"En tant que berceau du développement durable au Québec, nous avons une pratique à communiquer. Ici, le conseil municipal des jeunes nous intéresse et nous voulons le reproduire chez nous".

 

S'enrichir des différences

Karine-traval-michelet, maire de Colomiers C'est aussi sur la base d'un échange réciproque et constructif que Karine Traval-Michelet, maire de Colomiers, a souhaité développer le jumelage.

"Les relations internationales doivent favoriser la rencontre, la mobilité, l'échange culturel et économique", estime le maire.

"Ce jumelage doit avoir du sens et bénéficier à tous avec des réalisations concrètes en direction de la jeunesse, de l'éducation, des arts… Le catalogue des possibles ne fait que s'ouvrir".

Si Colomiers et Victoriaville ont beaucoup de points communs, elles ont aussi des différences. Il faisait 15 °C, le 26 mars, à Colomiers, alors que Victoriaville affichait fraîchement -15 °C au baromètre.

Les deux villes ont aussi des bélougas, mais à Colomiers ils volent dans le ciel alors qu'au Québec, ils nagent dans les eaux du Saint-Laurent.

Entre Victoriaville et Colomiers, c'est un peu comme dans la chanson : "Un petit poisson, un petit oiseau, s'aimaient d'amour tendre…". Alors oui, tout est définitivement possible entre les deux villes.

Thématiques associées
ColomiersFranceéchangesdélégationvisitevoyageaccueilbons procédésFonds franco-québécois pour la coopération décentralisée (FFQCD)coopérationcoopération internationaleemploiformationrecrutementVictoriaville et sa régionCorporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR)Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR)jumelageprojets

  Fil de nouvelles